Big Bang de papier

Du gigantisme des monstres aux poussières de particules, son oeuvre est porteuse d’une cosmogonie nouvelle,

Expositions
“Dessins, dessins, dessins poussés jusqu’à la toile ou juste laissés sur un morceau de ticket de caisse, le détail y est important. Ce détail pointilliste donne l’envie de regarder plus longtemps l’ensemble, de plonger dans les poils dessinés et re-dessinés pour réaliser ces personnages mi-bête, mi-super-héros.”

Xavier Carcelle
2010

Polypes graphiques et créatures chimériques, l’artiste construit sa mythologie à partir d’images populaires et de motifs frénétiques. À coup de feutres et de Bic, l’univers chaotique qu’il dessine porte les traces d’une intimité parfois fantasmée.

Etapes Graphiques

Critique et incisif sans jamais manquer d’ironie, Grégoire Dalle joue de la réappropriation d’un quotidien aseptisé : iconoclasme, détournement d’images populaires, pour sombrer dans un imaginaire fantasque. Du gigantisme des monstres aux poussières de particules, son oeuvre est porteuse d’une cosmogonie nouvelle, fusion rêvée d’une matrice céleste : « comètes électriques traversant les galaxies de muqueuse »٭ Dans l’infini de la matière, big bang d’énergie,
Grégoire Dalle crée sa mythologie, enfantement d’humanoïdes à la croisée du divin. En quête de l’unité créatrice l’artiste s’intéresse aux secrets de la vie organique. .Jouissance charnelle, pulsions bestiales, recherche de l’engendrement au travers des flux somatiques, « éjaculation d’énergie sur le papier » Bouillonnement intérieur puis explosion de vie, toute entière incarnée par ces motifs frénétiques, à coup de feutres et de Bic ; enfance ranimée, parfum de mélancolie. Sur les traces d’une intimité parfois fantasmée, Grégoire Dalle se laisse aller à quelques confessions, écritures compulsives qui donnent à l’oeuvre une dimension nouvelle. Artiste engagé, Grégoire Dalle joue d’un désenchantement pour creuser un monde aux strates multiples, autant de regards, ouverture des possibles….”

Laetitia Blanchon
Galerie HENRI CHARTIER / LYON

Critique et incisif

Plonger au coeur des abysses; chercher ses origines dans l’antre de la chair et accoucher d’un univers clandestin, polype du monde réel.

Expositions
Critique et incisif sans jamais manquer d’ironie, Grégoire Dalle joue de la réappropriation d’un quotidien aseptisé : iconoclasme, détournement d’images populaires, pour sombrer dans un imaginaire fantasque, nouvel espace où le chaos est loi.

Artiste engagé,

Grégoire Dalle joue d’un désenchantement pour creuser un monde aux strates multiples, autant de regards, ouverture des possibles. Ses territoires sont minés d’étoiles, de lumières, de messages, de mots issus de maux et de détails pointilleux qui nous donnent envie d’y fouler le sol, sans hésitation.

Du gigantisme des monstres aux poussières de particules, son oeuvre est porteuse d’une cosmogonie nouvelle, fusion rêvée d’une matrice céleste : « comètes électriques traversant les galaxies de muqueuse »?. Dans l’infini de la matière, big bang d’énergie, Grégoire Dalle crée sa mythologie, enfantement d’humanoïdes à la croisée du divin.  Ce pullulement de jouissances est tel qu’il provoque inévitablement un gigantisme intempestif du corps… » Henri Chartier

Les carnets

Ses carnets de voyages et ses dessins sont réalisés sur des supports allant de l’enveloppe en passant par le moleskine, le post-it, jusqu’au sac de courses. Tous les supports sont réquisitionnés pour assouvir sa soif de coucher sur le papier ses univers fantasmés et quels qu’en soient les lieux (trains, bus, métro, routes)…

Un projet,

une question !